Downton Train

by jeudi, août 15, 2013 2 points avant
Vous avez remarqué que l'on fait une pause dans le tutoriel. C'est pas que ça m'ennuie de le poursuivre, c'est surtout qu'en comptant par hasard sur mes doigts, je me suis aperçue que j'étais en retard pour le costume que je dois porter le... 15 septembre ! Aïe ! En effet, on m'a glissé qu'il manquait quelques décennies représentatives pour les Journées du Patrimoine à l'Ajecta, en particulier les tournures et les années 1910. L'Ajecta en tournure 1870, j'ai déjà fait. De toute façon, je n'ai toujours pas fini mon corset 1870-80, et ma tournure est en province (vous saviez qu'une tournure, ça prend toute la place dans une valise ? Testé et désapprouvé.). Par contre, les années 1910, ça me tentait bien depuis un bon moment.

Ayant ramené en Province un tissu du stash et de quoi faire un corset 1910, je me suis dit que tout irait sur des roulettes, trop fastoche, fingerz in ze noze. Eh beh non. D'abord, le tissu sergé pour le corset 100% coton n'est pas du 100% coton, sinon il ne jouerait pas à l'homme élastique. Du coup le corset 1910 fut bâclé en deux jours au lieu d'être amoureusement réalisé (puisque de toute façon, il faudra en faire un autre un jour avec un tissu correct). 

Problème suivant : les patrons. J'ai utilisé les patron suivants : 

jupe
La jupe d'en haut.

magyar revers
La blouse Magyar en bas, mais fermant devant, 
avec les revers de la blouse d'en haut.

Ce sont patrons que l'on peut trouver gratuitement ici, sur la page du Costumer's Manifesto. Ce sont de vrais patrons 1912, fournis avec les explications pour les reproduire. Enfin, pour être exacts, ce sont des diagrammes de patrons : si vous les passez au photocopieur pour les agrandir, il seront probablement faux ; ils n'ont que l'aspect de patron. Pour les adapter soit, il faut énormément travailler le diagramme d'après ses mesures, et ça prend un temps fou, soit il "suffit" de suivre les indications fournies pour les adapter.

Ne vous fatiguez pas à essayer, les indications sont nulles. Des promesses, toujours des promesses... La toile de blouse obtenue ressemblait à un soufflé en train de gonfler au four (vous n'aurez jamais de photo, c'est un secret que j'emporterai dans ma tombe), que j'ai finalement arrangée en la drapant sur moi (tu parles d'un gain de temps), et la jupe était trop large. Beaucoup trop large. En gros : les méthodes magiques de patrons universels, c'est du flan.

Après une semaine de travail intensif (je n'ai rien fait d'autre que patronner et coudre tout le journée, jusque tard dans la nuit. Je suis vannée.), j'ai fini par obtenir des trucs portables. La jupe est presque finie. Excusez les photos moches et très sombres, mais je viens de les prendre, entre deux portes et presque autant de pièces en travaux. Il manque les boutons de décoration, comme sur l'original (oui, je les garde, je les aime bien, ils seront en nacre blanche), l'ourlet est à peine épinglé et il faut que je refasse la ceinture, trop petite. Quand j'avais fait mon essayage précédent, elle était deux fois trop grande. Cette jupe veut ma mort. (Même si j'en suis plutôt satisfaite)

P8159655 P8159658
Elle est ici portée sans jupon. Rahhh ! C'est mâââââl. 
Sauf que j'en n'ai pas (encore), de jupon 1910.

P8159650 P8159660  
La fermeture de la jupe au dernier essayage et maintenant : 
trouver un juste milieu...

Le corsage en est encore au stade d'épinglage, je n'ai qu'une vilaine image du dernier essayage à vous montrer. Et quand je dis "vilaine", je pèse mes mots, c'était pour me donner une idée générale, par vraiment pour montrer. Mais comme je n'ai pas plus avancer sur le corsage depuis, elle devra faire la maille. J'ai choisi de faire corsage et jupe dans le même tissu, puisque c'est censé être une costume de train. Les revers seront fait avec du satin de soie contrastant, reste d'un tout autre projet.

P8159648
Les manches sont normalement plus courtes.

Je me tâte encore pour faire des revers de manches du même tissu contrastant, voir une ceinture amovible de même, pour marquer la séparation entre jupe et corsage, qui fait pour le moment encore cruellement défaut. Mais j'ai peur que ça tue l'effet des revers. Je balance aussi avec l'idée de recouvrir la ceinture d'un ruban de velours bleu marine, et du coup, je mettrais aussi le même ruban sur les ourlets des sur-jupes. Mais bof, cette idée-là, c'est pas ma préférée.

Et je vous laisse après ce post fait à la va-vite, pour 8 à 12 jours dans la Bretagne profonde où internet, c'est une invention barbare qui ne fait sont chemin que sur les iPhones, quand la marée est basse, les mouettes affamées, et la pluie velue. Oui, madame, velue ! C'est la Pointe du Raz !

N'attendez donc pas la suite du tutoriel avant fin août, début septembre. A peluche !

(PS : en mon absence, les éventuels commentaires seront modérés, donc pas publiés avant mon retour.)
Historico-puriste

Costumière amateure, historienne. Aime bien rappeler qu'avant d'être un hobby de Princesses Playmobil, le costume c'est aussi une représentation de la vraie vie des vrais gens du passé. Il m'arrive ainsi de manger au petit déjeuner des marquises néo-roccoco irrespectueuses de leur matériau historique.

2 commentaires:

  1. Je vote revers de manches dans le même tissu que le revers du col, et une ceinture en tartan. Une ceinture contrastante je crains que ça ne casse la silhouette en longueur.
    Ah, et au fait, j'adore !

    RépondreSupprimer