Le retour du roi à Paris des dames de la Halle à Grenoble

by mardi, juillet 21, 2015 0 points avant

37°C. Même les biches et les faons sont écrasés par la chaleur à Vizille et se planquent à l'ombre. Mais les petits pirates sont faits d'un autre bois. Ils résistent aux tempêtes, aux monstres marins et aux chaleurs de Vizille.


Bien sûr, le costume du petit pirate a été entièrement fait par sa maman, Marion de Green Martha, qui avait aussi fait la multi-choupinounette-princesse (elle aime les princesses et le rose, malheur malheur... Mais on lui pardonne : elle a 4 ans.)


A l'exception de la coiffe, qui est ancienne et qui n'a pas tenu toute la journée (RIP, petite coiffe, tu fus GRAVEMENT adorée), Marion a donc fait deux costumes ultra-kawaii et parfaitement historiques en plus du sien. Et ça fait sacrément du bien de voir des enfants pas costumés en libertins de pacotille du XVIIIe. Honnêtement. Et pas seulement parce que libertin de moins de 13 ans, c'est glauque. Seul bémol : quand on est accompagnés d'enfants bien costumés, les adultes deviennent LITTÉRALEMENT invisibles ^^

Pourtant, on était assez cools (petite minute d'auto-satisfaction sauvage).

 








Mes poches bien pleines ne m'ont absolument pas gênée. On peut même les remplir beaucoup plus, par exemple avec de quoi faire un petit ou gros en-cas.

J'avais aussi promis de vous montrer une façon de modifier sa coiffe utilisée à la fin du XVIIIe par les femmes du peuple pour se protéger de la pluie, et probablement aussi du soleil. Ce n'est pas seyant, je préviens tout de suite ! Je me suis inspirée de ces images que j'ai oublié de sourcer dans mon article précédent ("Au bûcher !") :

Il existe au moins une version en allemand, à Carnavalet,
de la même époque, je ne sais pas laquelle est l'originale.


On peut utiliser soit un torchon blanc avec des bandes de couleur (torchons anciens de grand-maman), ou un mouchoir de cou ou de tête, pareil dans des teintes de blanc : l'important, c'est que ça ne jure pas avec la coiffe. J'ai pas mal expérimenté pour éviter le look bonne sœur, du coup, mon torchon est placé un peu plus loin sur le coiffe que sur les illustrations. On n'échappe au ridicule pour autant. Mais cela devait fonctionner bien pour protéger la coiffe de certaines avanies, ainsi que la nuque pas toujours bien couverte pas le fichu.



Pour le déshabillage de la dame de la Halle, il vous faudra attendre une petite semaine.

Historico-puriste

Costumière amateure, historienne. Aime bien rappeler qu'avant d'être un hobby de Princesses Playmobil, le costume c'est aussi une représentation de la vraie vie des vrais gens du passé. Il m'arrive ainsi de manger au petit déjeuner des marquises néo-roccoco irrespectueuses de leur matériau historique.

0 points avant:

Enregistrer un commentaire