A petits points

by mercredi, février 20, 2013 2 points avant
Une fois n'est pas coutume, je vais vous faire un p'tit tuto. Autant vous le dire tout de suite, ça ne va pas casser trois pattes à un canard unipattiste. Mais vous allez pas vous plaindre, non plus !

Vous connaissez sûrement les dos en fourreau sur les robes à l'anglaise : le dos est coupé d'une pièce avec le bas de la jupe, et drapé-plissé à la forme pour s'adapter à la doublure. Koshka a fait un très bon tuto pour expliquer comment les faire. La plupart des robes à l'anglaise reproduites sont des robes "tardives", c'est à dire après 1770. Non qu'il y ait quoi que ce soit de mal à cela :) Cependant, toutes les reproductions ont tendance à reproduire la façon de coudre ces dos en fourreau, celle utilisée par Koshka, qui est tout à fait correcte, mais tardive donc. Les points sont très visibles et serrés, et les plis biens "plaqués".

Robe à l'anglais, dos en fourreau. 
Pas moyen retrouver la source, graaaah !! via Pinterest

Pourquoi est-ce que j'insiste sur le fait que c'est tardif ? Parce que l'apparition du dos en fourreau date, elle, de la fin du XVIIe siècle avec l'apparition des mantuas.


Portée en France et en Angleterre (et sans doute dans d'autres pays, là, j'avoue mon ignorance), à la fin du XVIIe et dans les premières années du XVIIIe, elle disparaît assez rapidement de la mode française, mais s'installe durablement en Angleterre, où elle prend deux formes : la mantua de cour et l'open gown, ancêtre de la robe à l'anglaise (elle mettra donc près de 60 ans pour retraverser the Channel).

Mantua de Cour anglaise
V&A via Pinterest

Open Robe anglaise

En français, il existe un terme pour ce dernier type de robe, bien qu'il n'est jamais existé (officiellement) en France avant les années 1770 : la robe ajustée. C'est le terme utilisé par le Musée Galliera qui n'en a qu'une dans ses collections : est-ce que c'est un terme forgé pour des besoins muséologique, ou était-ce un terme d'époque pour parler de robe qui étaient présentent dans d'autres pays que l'Angleterre (dans les Provinces Unies, actuelle Hollande ; sans doute aussi en Autriche) ? Aucune idée. Bref, fermons la parenthèse.

Au cas où vous poseriez la question de ce qui semble une digression, je suis en train de reproduire une open gown anglaise (à partir de maintenant, je dirais "robe ajustée") de 1740-50 (et j'en parlerai plus longuement dans un autre post). Donc, bien avant qu'elle n'arrive en France, bien avant que les dos en fourreau tels que montrés précédemment se généralisent.

Parce que jusque dans les années 60-70, la manière de coudre les dos en fourreau sont sensiblement différentes : on privilégie un aspect plus "net" des plis en faisant en sorte tout d'abord que les points de couture soient pratiquement invisibles, et aussi en donnant l'impression que les plis ne sont pas cousus mais légèrement flottants (et c'est là qu'on se rend compte du très très lointain cousinage entre les mantuas et les robes à la française). C'est pas clair, hein ? Photos à la rescousse !

P2200104

Premier exemple, la fameuse robe ajustée de Galliera : datée de 1730, probablement hollandaise d'après la largeur de lès du tissu (La photo et les détails vienne du livre Modes en Miroir). On voit très bien sur cet exemple que les points sont invisibles et que les plis ne sont pas plaqués : ils ont même une très fine ombre portée. Les points sont invisibles en particulier grâce au type de tissu utilisé. On peut le constater aussi sur le cas ci-dessous, avec un tissu similaire.

p

Il s'agit de la mantua de cour postée plus haut. On voit peu les points, et on constate qu'ils sont très petits, très espacés, et éloignés de la bordure du pli d'au moins 1 cm, ce qui permet de donner cet aspect légèrement flottant. C'est encore plus visible sur l'exemple de la mantua ci-dessous, aussi de cour, qui a aussi l'avantage de confirmer que l'on appliquait la même méthode sur des tissus autres que le brocard.

pp


Donc si je récapitule : points minuscules et très espacés, pour être invisibles. Problème : je n'ai aucune confiance en ce genre de points. Je ne sais pas comment ils faisaient à l'époque (sans voir la doublure, difficile à dire), mais j'imagine mal faire tenir les plus du dos avec si peu, sans tricher un peu. Ce que moi j'ai fait.

Et on arrive au tuto, très très rapide :

Pour commencer il faut marquer les plis : j'ai utilisé l'un des patrons de Norah Waughn comme base, car pour obtenir cette courbe, il ne suffit pas de plisser tout droit, manquerait plus que ça !

P2200106

Au départ, j'avais marqué tous les plis pour faire une couture en fourreau "classique" avant de réaliser mon erreur. On voit sur le photo les coutures que j'avais faites au milieu que j'ai par la suite enlevées. Le milieu dos est cousu comme une couture normale qui est ensuite ouverte : je l'ai fixé avec des points à travers la couture.

P2180070-1.JPG P2180067-1.JPG

J'ai ensuite marqué le pli extérieur sans le plaquer...

P2190078

... ainsi que le pli intérieur. Il faut essayer de mettre les épingles au plus près du pli mais pas trop...

P2190082-1.JPG P2190079-1.JPG

.. car si vous n'êtes pas assez prêt votre pli ne va pas garder sa forme correcte lorsque vous ferez la couture (sur le pli intérieur, donc : sous le pli du fourreau), et si vous êtes trop près, vous risquez d'attraper des fils de la partie supérieure et des points seront visibles à l'extérieur (expérience vécue).

P2190094.JPG P2190093.JPG

Et tada, vous obtenez donc des plis invisibles. C'est à ce moment-là que vous faites les fameux tout petits points invisibles que l'on a vu tout à l'heure (sur le pli extérieur, celui qui est visible) : j'ai millimétré chacun de leurs emplacements : plus ils sont réguliers plus ils se fondent dans le décor.

P2190097.JPG

Vous allez me dire : mais puisqu'on a fait des coutures invisibles, on n'a plus besoin des petits points, si ? Well, à moins que vous soyez un ange, vous n'allez pas apprécier d'avoir des petits ailettes qui battent anarchiquement dans votre dos. Ce n'est pas le but recherché. Oui, les petits points sont obligatoires !

P2200101.JPG P2200102.JPG

Le résultat final :)

Voilà, c'était un petit tuto sans prétention avec un petit cours en prime (bon, le cours vous a peut-être semblé un peu prétentieux, lui :P )
Historico-puriste

Costumière amateure, historienne. Aime bien rappeler qu'avant d'être un hobby de Princesses Playmobil, le costume c'est aussi une représentation de la vraie vie des vrais gens du passé. Il m'arrive ainsi de manger au petit déjeuner des marquises néo-roccoco irrespectueuses de leur matériau historique.

2 commentaires:

  1. Parfait !

    Je pense que je suis toujours aussi nulle en pliage mais je crois avoir compris l'astuce.

    merci.

    RépondreSupprimer