Les Hardes de la Veuve de l'Huissier

by jeudi, janvier 17, 2013 4 points avant
Minutier Central des Notaires des Archives Nationales ( Cote MC/ET/I/454)

Public Domain Mark (cf fin du post)

"22 Décembre 1751 

Inventaire après décès de Me (?) Janot (ou Jarot), huissier (?) _____ au CHlet (Chatelet ?) de Paris. 

 (...) 

Idem Un vieux juste au corps de drap gris blanc retourné, une vieille veste de soye (soie) et une vieille culotte de panne noire prisés trois livres 

Idem Une robbe de satin rayé doubée de taffetas, une autre robe de satin ____ coton rayé de toille bleue (?), une robe de cyamoise (siamoise) rayée, deux jupons de calmande rayés, un autre jupon de calmande noire, deux paires de bas de laine, deux coëffes (coiffes) de taffetas noir et deux vieilles paires de souliers prisés trente six livres.

Idem Douze chemise à usage de femme et un paquet de menu linge, composé de garnitures de tête, cornettes, bonnets, fichus et autres prisés trente livres.

Idem Six tayes (taies) d'oreiller de toile de ménage, quatre camisolles et quatre corsets de bazin (basin) rayé et six tabelliers (tabliers) de toille banche prisés seize livres.

Déclare laditte veuve Jarot (ou Janot) qu'à l'égard des autres habits et du linge à l'usage du ____ ____ Sieur son mari (,) elle en a disposé tant lors de la maladie dont qu'il est décédé que depuis raison pourquoi elle n'a pu les représenter.

 (...) "

© P.Tournebœuf/Tendance Floue

Aujourd'hui, je suis allée pour la première fois aux Archives Nationales, mettre en oeuvre un vieux projet : me plonger dans les inventaires après décès du XVIIIe voire du XVIIe siècle. Je n'ai pas eu beaucoup de temps aujourd'hui, parce que les AN ferment tôt (16h45, yiiiikes !), mais j'ai déjà pu m'amuser un peu à me foutre la migraine, à lire des pattes de mouches et à pleurer ma mère sur des trucs illisibles. Et aussi trembler un peu en touchant des actes vieux de 250 ans qui sentent la glacière ! (et oui, les réserves ne sont pas chauffées ^^)

Je vous ferai un post plus consistant sur le sujet quand j'aurais plus de matière et une meilleur connaissance du fonctionnement des archives. Pour le moment, je vous ai retranscrit l'acte que j'ai le mieux compris parce qu'il était exceptionnellement bien écrit, d'une belle écriture d'imprimerie, très scolaire... et bourré de fautes d'accords ! (que j'ai corrigées :P) Je vous ai laissé les orthographes d'époque comme "robbe" et "toille". "Tabelliers" est très drôle, mais je ne saurais dire si c'est une faute d'orthographes ou une orthographe fantaisiste typiquement XVIIIe.

Vous noterez aussi le dernier paragraphe. J'ai consulté moins d'une dizaine d'actes aujourd'hui, et j'ai constaté par deux fois que les vêtements du mort avait servi de réserves monétaires pour palier aux frais d'urgence : les frusques, plus faciles et rapides à vendre chez les fripiers, sont un moyen "facile" de gérer les frais de maladie, ou d'enterrement, ou même les frais de vie de certaines veuves sans emploi qui se retrouvent sans rien à la mort de leur conjoint et dans l'attente de la succession.


Réutilisation :

Oui, un inventaire après décès vieux de 250 ans, c'est du domaine public et j'y tiens. Je veux que vous puissiez le réutilisez librement, en faire tout ce que vous voulez, et même vous en servir pour des recherches universitaires si le coeur vous en dit :)
Néanmoins, c'est moi qui me suis cassé le cul à le retranscrire et qui me suis donnée la migraine, et ça, ce n'est pas libre de droit. (Tout comme ce que j'ai payé pour avoir le droit de rentrer aux Archives Nationales). Keskssaveudire ? Que si vous réutilisez cette transcription, vous me mentionnez (et accessoirement mon site) :

pour toute citation hors web, il vous suffit de signaler que cette inventaire a été retranscrit par Delphine Bauzin (et maintenant, vous savez tous mon VraiNom...).

pour un site web, vous utilisez ça :



Historico-puriste

Costumière amateure, historienne. Aime bien rappeler qu'avant d'être un hobby de Princesses Playmobil, le costume c'est aussi une représentation de la vraie vie des vrais gens du passé. Il m'arrive ainsi de manger au petit déjeuner des marquises néo-roccoco irrespectueuses de leur matériau historique.

4 commentaires:

  1. claire girardeau23 mars 2013 à 10:22

    bonjour
    je suis en train de transcrire un inventaire après décès d'une dame de mes ancêtres,bourgeoise et riche, morte en 1711 ; il y a des centaines d'items concernant linge, vêtements etc...
    en particulier les chemises sont A USAGE de femme (et non visage ...)
    Des quantités de tissus et dentelles différents ; si cela vous intéresse je vous l'enverrai une fois terminé.

    RépondreSupprimer
  2. merci pour la correction : ça fait sens, bien sûr, même si c'était illisible sur l'acte.

    Et merci beaucoup pour la proposition, ça m'intéresse beaucoup !!

    RépondreSupprimer
  3. Comment puis-je vous envoyer mon fichier ?

    RépondreSupprimer
  4. mon adresse email est : ker_ys(@)yahoo(.)fr
    (il suffit d'enlever les parenthèses.)

    Pourriez-vous me dire aussi dans quelles conditions vous me permettez de l'utiliser : juste pour mon usage privé ? ou est-ce que je pourrai éventuellement le citer sur le blog un jour, en le comparant à d'autres inventaires par exemple ?

    Merci encore, c'est vraiment très gentil de votre part.

    RépondreSupprimer