Perruquerie

by mercredi, mars 10, 2010 3 points avant
En ce qui me concerne, les cheveux sont une énigme autant que la vie extra-terrestre ou la sexualité des animaux du Crétacé. Mes cheveux ne servent à rien d'autre qu'à m'emmerder le matin, le soir, la nuit, et accessoirement, toute la journée aussi, surtout quand il pleut. La seule utilité que je leur ai trouvé, c'est la teinture. Je teins assez souvent mes cheveux. A part le blond (je suis déjà blond foncé au départ, et vous savez quoi ? Ma propre couleur de cheveux ne me va pas du tout ! La nature est très très mal faite), j'ai tout essayé. Et en ce moment, je suis rouge cachemire. Et coupée au carré. (bizarre accord du participe passé, mais correct...)

Quel intérêt de parler de mes cheveux ? Parce que c'est très important les cheveux en reconstit'. Il faut pouvoir reproduire les coiffures des époques que l'on a choisi. Les cheveux courts et teints sont un énorme désavantage. En même temps, mes efforts (mes échecs) lors de mes dernière sorties m'ont plutôt refroidis. J'ai donc abandonné plus ou moins l'idée de faire quelque chose de mes cheveux. Ce qui m'a amener à réfléchir à l'idée d'avoir des perruques adaptées. Sauf que...

Sauf que bien sûr, je rappelle que les cheveux, même synthétiques, sont une invention du Diable. Je n'y touche pas. Ce n'est pas faute de ne pas avoir essayé. J'ai une perruque toute emmêlée rangée dans un coin. Elle a souffert d'une attaque violente et particulière destructive de ma part. La bonne volonté, ça ne marche pas toujours.

Autre problème, les perruques doivent être adaptée à la couleur des cheveux : il faut pouvoir cacher la ligne de racines de la perruque sur le front (sinon, c'est ignoble). Et je suis rouge. Les perruque rousse, c'est assez casse-gueule. Mais j'ai de la chance, finalement. Mon rouge est assez non naturel pour correspondre plus ou moins aux perruques de chez Sibie. En plus, en rouge, c'est moins cher :)

J'ai donc décidé d'amener ma perruque rutilante chez des copines pour qu'elles m'aident dans cette entreprise titanesque et dangereuse : recréer un pouf 1770.
(L'image qui suit est issu d'une exposition au Met Museum de New York. C'est, au niveau de la reproduction des perruques XVIIIème, ce que j'ai vu de plus exact.)


Là, il faut que je vous avoue : j'ai une chance folle. Un de mes amies fut, de toute évidence, dans une vie antérieure non seulement une couturière émérite, mais surtout une perruquière de talent. Dotée de cheveux longs longs longs comme un jour sans pain, elle est la seule personne que je connaisse capable de se faire un pouf XVIIIème siècle correct sans le moindre postiche.
Et quand je dit correct, je veux dire qu'à part les marrons (les rouleaux sur les côtés, qui déjà aux XVIIIè étaient faits avec des postiches), elle est capable de reproduire ce genre de coiffure avec ses propres cheveux.


Comme cette amie est douée et adorable, elle a pris en main ma perruque. Toute seule. Et elle a fait un travail extraordinaire. Elle n'a pas eu le temps de totalement finir, c'est donc à moi de mettre la touche finale à cette petite merveille. Malheureusement, je n'ai pas pu la ramener avec moi à Paris (ça craint le train, ces petites choses fragiles). Je ne pourrais pas me mettre à travailler dessus avant fin mai : j'en trépigne de colère et d'impatience.

Fi au travail. Est-ce qu'elle ne ressemble pas une petite
cousette du XIXème ? Elle est adorable, non ?


Cette perruque ne comporte pour le moment pas une seule épingle de cheveux !
Elle est cousue et confite dans la laque. Je pense néanmoins qu'il me
faudra mettre des épingles pour tenir les mèche sur le dessus
et pour fixer la natte à l'arrière. Il me faudra aussi fabriquer des marrons
en postiche pour les ajouter sur les côtés.

En ce qui concerne la couleur, c'est à peu près ça :
disons juste que la perruque ne brille pas dans le noir
comme les photos ont l'air de le suggérer.
Historico-puriste

Costumière amateure, historienne. Aime bien rappeler qu'avant d'être un hobby de Princesses Playmobil, le costume c'est aussi une représentation de la vraie vie des vrais gens du passé. Il m'arrive ainsi de manger au petit déjeuner des marquises néo-roccoco irrespectueuses de leur matériau historique.

3 commentaires:

  1. Superbe! Je parlais moi-même l'autre jour d'ailleurs d'aller chercher une ou deux perruques pour moi et pas sœur. Comme nous nous rendons à la taverne médiévale ou à la Japan expo régulièrement, nous pensons fortement qu'on pourrait s'amuser avec diverses coiffures! Quant aux perruques 18e, ma foi je ne me sens pas encore à la hauteur, mais alors pas du tout! :D Cela doit être surement dû au fait que pour mon film de fin d'étude j'ai recensé énormément de perruques et ça a du me faire peur!... Tout le monde me demande pourquoi mon héroïne à un bateau dans les cheveux... Comment leur expliquer l'histoire et les pamphlets "à belle poule"?

    RépondreSupprimer
  2. Ah ! Le pouf à La belle Poule ! Je le ferais volontiers, mais en général un pouf est déjà suffisamment lourd sans qu'on y rajoute une maquette de bateau !! Et puis, il y a plus amusant à faire : le "pouf à l'inoculation" avec entre autres accessoires une seringue géante (puis qu'il s'agissait de célébrer la vaccination contre la variole)

    Personnellement, je n'oserais jamais faire une adaptation de perruque seule ! Sans mon amie, je serais perdue. Je ne vais sûrement pas vous jeter la pierre si vous ne vous en sentez pas capable :)

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour, jai le même problème !!! Mais je ne vois pas les photos... Quel suspens ;)

    RépondreSupprimer